Traits de Mémoire, Festival de bande dessinée historique

Traits de Mémoire, Festival de bande dessinée historique

Retrouvez-moi sur le stand des Editions Des ronds dans l’O, pour la seconde édition de ce festival dans les murs du Mémorial de l’Internement et de la déportation de Compiègne, dans l’Oise, le samedi 19 juin !
J’y dédicacerai notamment mes albums liés à l’histoire du site, KZ Dora et Von Braun. Mais aussi Maria et Salazar.

10 ans de BD !

Voici 10 ans en effet, le 21 octobre 2010, sortait le tome 1 de KZ Dora, ma première bande dessinée publiée, aux Editions Des ronds dans l’O. Cette édition en 2 volumes (le second est sorti en janvier 2012) est désormais très rare à trouver dans le commerce puisque seule la version intégrale (mars 2015) est maintenant disponible.
Si pour beaucoup de collègues, leur première œuvre est un galop d’essai, il représente bien plus me concernant, car je continue d’en parler quasiment chaque mois dans les écoles offrant aux enseignants qui avaient l’habitude d’inviter d’anciens témoins des camps de concentration, une alternative intéressante. Une exposition est également disponible (vente et location) et la médiation autour de KZ Dora est donc toujours importante.

C’est cet album que Stéphane Hessel avait préfacé. Son texte qui accompagne désormais l’intégrale a en effet été rédigé à la fin de l’été 2010. L’ancien résistant déporté, à la vie passionnante tant sur le plan de l’engagement que le plan culturel, avait accueilli chez lui mon éditrice Marie Moinard, qui lui avait présenté les planches. Le hasard a voulu que quelques semaines plus tard, le 21 octobre, jour de la sortie de ma BD, paraisse également son essai « Indignez-vous », qui allait devenir un phénomène éditorial.

C’est pour moi toujours autant d’émotion et de fierté que de regarder la séquence de l’émission « Un monde de bulles » dans laquelle l’équipe de Jean-Philippe Lefèvre l’avait rencontré pour qu’il leur parle de KZ Dora.

Grande fierté également de voir que la maison d’édition Des ronds dans l’O a continué de grandir depuis. Lorsque j’ai rencontré Marie Moinard, sa maison n’avait que 3 ans (et 2 de plus en 2010). Aujourd’hui, après 15 ans d’existence, son catalogue a pris de l’ampleur avec une ligne éditoriale claire, basée sur l’engagement, sur la défense des droits humains et sur la société. Des albums et de la BD jeunesses, et de la BD ado-adulte qui permettent d’alerter, de s’indigner et de donner des solutions à une société qui paraît souvent désarmée et en mal d’information raisonnée.

Je pourrais écrire des paragraphes à n’en plus finir sur ces 10 ans. Chaque livre qui a suivi est une aventure en soi : Prolongations (2014 et 2015) m’a permis d’assouvir ma passion pour le foot et de tenter d’expliquer la place qu’il occupe dans notre société, Maria et Salazar (2017) de découvrir un pan de l’histoire franco-portugaise que j’ignorais tout en parlant de l’histoire plus générale du phénomène migratoire afin de toujours un peu mieux comprendre notre société et Von Braun (Janvier 2021) qui aurait dû paraître ces jours-ci sans le confinement du printemps dernier, qui m’a permis de plonger à nouveau dans l’univers de KZ Dora en approfondissant le parcours du plus célèbre des ingénieurs nazis, devenu héros américain en permettant à l’homme d’atteindre la Lune.


Si sur le plan intellectuel, ces 10 ans ont été passionnants, je ne peux pas occulter l’aspect plus difficile du bilan financier. Les revenus ont augmenté, régulièrement mais très difficilement tout au long de cette décennie. Mes livres m’ont ouvert les portes du milieu scolaire, où mes interventions sont des sources de revenus non négligeables. Je savais que ce serait compliqué, et je le constate chaque jour, mais il est pourtant essentiel, et l’actualité nous le rappelle trop souvent, de donner une importance de premier plan à la culture et à sa diffusion et je suis fier d’en faire parti. J’en profite pour remercier toux ceux qui œuvrent à la défense des droits des auteurs, à tous les organisateurs d’évènements culturels qui sont de plus en plus nombreux à tenter de rémunérer les auteurs et je remercie bien plus encore tous ceux qui ont acheté mes bandes dessinées, pour eux et/ou pour offrir.
Pour revenir à KZ Dora, je vous invite à vous abonner au site Ernest, un medium qui a besoin et qui mérite justement votre soutien, qui ne peut exister que par le biais de vos abonnements. J’y réalise chaque mois une courte BD dans ma chronique Vie de Gouttière. Je viens de terminer une série de 11 épisodes qui racontent la Genèse de KZ Dora : La transmission de son histoire par Grand-Père, les voyages, les rencontres qui ont suivi ainsi que les questionnement et les doutes qui ont accompagné la naissance de l’album.